14-18 n°91 : Novembre 1920. Paris accueille le soldat inconnu

Si la Roumanie a finalement décidé de se ranger aux côtés des Alliés en 1916, ses soldats tombés aux mains des Allemands en ont payé un lourd tribut. Les troupes de Guillaume II faisant fi des Conventions de La Haye leur ont administré un des pires régimes qui soient, les laissant mourir de froid, de faim, leur refusant des soins… les considérant comme des « sous-hommes ». Déjà être prisonnier de guerre n’était pas une situation enviable mais être roumain ou italien et détenu par les Allemands était pire que tout ! Les Allemands leur faisaient payer la décision de leurs gouvernements d’avoir trahi le Reich ! Ce sort des Roumain et des Italiens est quasiment le même que celui connu par les prisonniers russes lors de la Seconde Guerre mondiale…
Jean-Pascal Soudagne, rédacteur en chef

Au sommaire de 14-18 n°91 :
Éphémérides, par Rémy Porte
Chronique, par Rémy Porte
Actualités
La difficile gestation de la loi des trois ans, par Rémy Porte
L’Arc de triomphe accueille le soldat inconnu (novembre 1920-janvier 1921), par Mathieu Geagea
Orléans, une ville dans la guerre, par Jean-François Krause
La bataille des Flandres, par Jean-Pascal Soudagne
Les Roumains prisonniers de guerre en Alsace-Lorraine 1916-1918, par Franck Segrétain
Un monument à la mémoire des cavaliers indiens à Longueval, par Stéphane Bottero
Monument de Rambouillet, l’évocation de cinq années de guerre, par Jean-François Krause
Publications
Courrier des lecteurs

Achetez 14-18 n°91, en version papier ou numérique, sur boutique.soteca-editions.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *