Livre : Junot, Premier aide de camp de Napoléon

Junot est le plus célèbre des inconnus de l’entourage de Napoléon ! En effet, aucune biographie sérieuse ne lui a été consacrée depuis celle de Jean Lucas-Dubreton en 1937. Il a fallu utiliser en priorité les archives émergeant directement du passé, en direct  du « présent » de Junot, en particulier les correspondances de tous les intervenants, les nominations, les comptes rendus, les journaux… puis les mémoires, bien sûr, mais avec parcimonie et méfiance, y puisant avant tout les témoignages, introuvables ailleurs, pour tenter de restituer un portrait plus proche de la réalité. Junot renaît, reprend une forme première. Apparaît un personnage complexe, à la fois attachant, et, de temps en temps, il faut bien le reconnaître, emporté et décevant. Il était un être de paradoxes, se montrant toujours un  sujet dévoué, un camarade irremplaçable, un mari consciencieux ; mais aussi, à l’inverse, poussant son amour pour Napoléon, la gloire, l’argent et les femmes, à l’extrême, jusqu’à l’exagération… jusqu’à  l’exaspération de ceux-là même. Un jour courageux  jusqu’à la témérité, le soldat idéal, et, soudain, le lendemain, doutant et hésitant. Junot est un héros atypique de l’épopée napoléonienne : on trouve, en cherchant un peu, un vrai soldat, humainement attachant, avec ses enthousiasmes et ses angoisses… ses forces et ses faiblesses… ses amours et ses haines. Sa plus grande crainte sera toujours de n’être plus aimé de Napoléon et c’est pourquoi la seule fonction à laquelle il tiendra toute sa vie fut celle de Premier aide de camp, une distinction plus amicale que hiérarchique. Il l’a d’ailleurs été chronologiquement et en titre. Le général Junot fut un soldat qui paya très cher son dévouement : il perdit pied peu à peu, tourmenté dans ses chairs et dans sa conscience ; il souffrit jusqu’à l’insupportable. La malheureuse fin du général acheva de jeter un voile sombre, semé de doutes et de calomnies, sur son histoire. On ne meurt pas impunément dans la démence…
Sylvain Dubief est né à Dijon à deux pas de la caserne Junot. Sa passion pour l’histoire napoléonienne est presque innée, l’écriture et les recherches une vocation… Junot devint pour lui une évidence. Il adhéra au Souvenir napoléonien en 1986, rédigea des articles pour la revue de la délégation dijonnaise Brumaire, puis pour la Revue du Souvenir Napoléonien, et pour d’autre magazines ensuite. Pour mieux appréhender la réalité historique des hommes qu’il voulait raconter, il rejoignit Alain Pigeard dans un groupe de reconstitueurs et arpenta les champs de bataille d’Iéna, Bautzen, Leipzig, Waterloo, etc. Son vœu le plus sincère est de tenter, même pour un instant, d’extirper du néant ces soldats que l’Histoire a ignorés trop rapidement.
Pagination : 430 pages.
Format : 15 x 23 cm.
ISBN : 9782376630302.
Prix : 25  €
Pour commander l’ouvrage : boutique.soteca-editions.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *