Sophrologie n°28 : Être soi, se perdre et se retrouver

Nous vivons à l’intérieur d’un espace social qui, pour des raisons le plus souvent économiques, exerce sur les individus des pressions constantes. L’espace public infiltre alors l’espace privé, voire intime, comme celui de la sexualité. Le sujet, sans analyser tout le processus qui le conduit à développer certains comportements, ne peut pas concevoir parfois sa sexualité en dehors de la performance ; sous cet angle, s’impose à lui la dictature de l’orgasme. La sophrologie, en tant que méthode avant tout psycho-corporelle, peut apprendre à vivre sa sexualité en conscience, en accord avec soi, selon ses propres rythmes et en dehors du champ restrictif de la performance. L’individuation constitue pour le psychiatre Carl Gustav Jung (1875-1961) un mouvement d’élargissement de la conscience. Cette ouverture vise le développement de la personnalité, alors que le sujet, étape après étape, expérimente une diminution des dualités qui le traversent. La sophrologie est une démarche intérieure qui nécessite du temps et de la maturation pour favoriser certaines prises de conscience : lorsque la personne consulte un sophrologue, elle ne sait pas toujours que quelque chose en elle, sur le plan des pensées, demande à mourir pour naître à autre chose. Pendant les séances, le sujet se centre sur lui-même et pratique dans l’expérience du silence. En sophrologie, nous partons du principe que quelque chose doit se taire pour que quelque chose se dise dans l’alliance, que le sophrologue et le sophronisant ne peuvent anticiper. Le silence n’est pas destitué de sens parce qu’il constitue une étape nécessaire pour l’écoute et la rencontre de soi.
Richard Esposito, directeur du comité éditorial
Au sommaire du magazine Sophrologie n°28 :
Courrier des lecteurs
En couverture
La dictature de l’orgasme, par Isabelle Fontaine
« Meurs et Deviens » où le concept de Métanoia, par Sandrine Trigano
L’influence d’autrui, par Geneviève Abrial
Être soi, se perdre, se chercher et se retrouver, par Gilles Pentecôte et Banu Gokoglan
Se réconcilier avec son image et son poids et mincir durablement, par Michèle Freud
S’informer
Exister, comme une feuille au vent, par Michel Vertallier
L’hypersensibilité, par Nicolas Chaze
Comprendre I Apprendre
Nos ados kiffent la sophro, par Joëlle Clavreul
Regards croisés
Le CHU de Rouen prend soin de son personnel, par Guillaume Dolpierre
Place au silence, par Caroline Rome
L’entraînement au silence, par Valérie Souchu-Mignot
Pratiques et perspectives pro
Sophro et Tocs !, par Sophie Lebreton
La Relaxation Dynamique 12 (RD 12), par Patrick-André Chéné
Sophrologie en institut thérapeutique éducatif et pédagogique (ITEP), par Corinne Dunocq
Libre expression
Un schisme annoncé, par Alain Chevalier-Beaumel
Commandez ce numéro en version papier ou version numérique sur : boutique.soteca-editions.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *